Vendredi 21 septembre

Thionville : les militants de Greenpeace jugés devant le tribunal correctionnel

0

Huit militants de Greenpeace, qui s’étaient introduits le 12 octobre dernier dans l’enceinte de la centrale nucléaire de Cattenom, comparaissent depuis cet après-midi devant le tribunal correctionnel de Thionville. Ils risquent 5 ans d’emprisonnement et 75 000 euros d’amende. 

Un reportage signé Jean-François Ambroise et Orianne Valloo.

Le 12 octobre 2017, des militants de Greenpeace s’étaient introduits au coeur de la centrale nucléaire de Cattenom. Leur objectif : tirer un feu d’artifices à quelques mètres d’un bâtiment abritant une piscine de stockage de combustible pour ainsi dénoncer les failles de la sécurité nucléaire. Interpellés par les forces de l’ordre, les activistes sont jugés aujourd’hui devant le tribunal correctionnel de Thionville pour : « intrusion en réunion et avec dégradation dans l’enceinte d’une installation civile abritant des matières nucléaires. »

L’audience a débuté vers 13h30. Huit militants comparaissent devant le tribunal. Ils accompagnés d’un représentant de Greenpeace poursuivi en tant que personne morale. Le directeur général de Greenpeace France Jean-François Julliard affirme « assumer cette action », tout en avouant savoir « qu’elle était illégale ». Quant au chargé de campagne au sein de l’ONG Yannick Rousselet, il est prévenu pour complicité.

En marge du procès, environ 140 militants (dont certains venus spécialement de Paris) se sont réunis sur le parvis de l’Hôtel de ville de Thionville en soutien à Greenpeace. Les prévenus risquent chacun 5 ans d’emprisonnement ferme et 75 000 euros d’amende.

Un reportage signé Orianne Valloo et Jean-François Ambroise.

 

 

 

Partager

Les commentaires sont fermés.