Jeudi 18 octobre

Le médecin messin Raphaël Pitti rend sa légion d’honneur

0

Emmanuel Macron avait attribué la légion d’honneur au médecin-urgentiste messin Raphaël Pitti pour son action humanitaire, notamment en Syrie, le 14 juillet dernier. Il y a quelques jours, il a décidé de rendre cette distinction, écoeuré par le sort réservé aux migrants à Metz, et plus largement en France.

DECU PAR LA PRESIDENCE D’EMMNANUEL MACRON

A Metz, le scandale du camp de Blida, (800 demandeurs d’asile entassés dans un camp insalubre démantelé en novembre dernier), a profondément choqué le médecin, habitué à voir ces horreurs en Syrie et non en France. Début décembre, les médias locaux se font l’écho d’une nouvelle affaire : 50 migrants dont des enfants et un bébé ont dormi dans la rue par 0°. Pris en charge par des bénévoles, ils sont accueillis dans un gymnase messin réquisitionné par l’association humanitaire.

L’affaire finit de convaincre le médecin, outré par la non assistance de l’Etat, et décide de renoncer à sa légion d’honneur.

Contacté par téléphone, Raphaël Pitti estime que l’Etat a failli à sa mission d’accueil des demandeurs d’asile. Il ne peut donc en aucun cas accepter cette distinction remis par le Président de la République Emmanuel Macron. Et pourtant, l’adjoint à la mairie de Metz en charge des urgences sociales et humanitaires, a été très favorable à l’élection du candidat Macron. Aujourd’hui, Raphaël Pitti est déçu de sa présidence concernant ce sujet sensible.

« La dignité de l’homme n’est pas quelque chose qui se marchande »

Le médecin rappelle que la situation à Metz dure depuis 2013. Jeudi soir encore, le cas s’est posé pour vingt demandeurs d’asiles. La préfecture leur a proposé un hébergement à Guénange, sans toutefois leur fournir un moyen de locomotion pour s’y rendre, aberrant pour Raphaël Pitti.

« Il n’y a pas de solutions pérennes et dignes, il faut se battre pour qu’on leur obtienne de l’eau, des toilettes propres, pour que les enfants soient scolarisés. Ce n’est pas acceptable.

Raphaël Pitti n’a pour l’instant communiqué sa décision que dans les médias, il devrait la signifier officiellement par courrier au chef de l’Etat dans les prochains jours. Malgré cette médiatisation, il n’a eu aucun retour du cabinet du Président Macron, et s’en dit profondément attristé. Il espère toutefois que son action permettra de faire réagir les pouvoir publics quant à la situation intolérable des migrants en France.

Le camp de Blida en novembre 2017 avant son démantèlement, rebaptisé le camp de la « honte » par les bénévoles.

- RAPHAËL PITTI, UN HEROS EN SYRIE -
A 67 ans, le médecin et adjoint à la mairie de Metz est parti 21 fois en Syrie pour, entre autres, former 
les soignants syriens à la médecine de guerre. Il est l’un des rares médecins à sortir du 
silence et à témoigner des horreurs que le conflit syrien provoque depuis 6 ans. 
Une catastrophe humanitaire qui oblige 12 millions de personnes à quitter leurs domiciles 
pour se réfugier.

 

Le 8 décembre dernier, Raphaël Pitti était dans notre émission « Juste Avant de Zapper » pour témoigner de la situation humanitaire catastrophique en Syrie. Il s’est également exprimé sur les conditions de vie des demandeurs d’asiles en France et notamment dans le camp de Blida démantelé à Metz le 15 novembre 2017.

 

 

Partager

Les commentaires sont fermés.