Jeudi 18 octobre

En Moselle, le vinyle confirme son grand retour !

0

A Noël, vous avez été nombreux à offrir un cadeau que l’on s’offrait déjà il y a cinquante ans. La galette noire est redevenue l’un des produits phare de la consommation. En Moselle, plusieurs boutiques de vinyles se sont implantées dans le paysage ces dernières années. La Face Cachée à Metz, La Belle Ecoute, Book’In ou encore une boutique éphémère à la sortie du Centre des Capucins à Thionville, les amateurs de vinyles ont de plus en plus le choix quant à leur vadrouilles en quête de leur perle rare.

Reportage: Timothée Girard

UN PEU D’HISTOIRE

C’est en 2013 que le grand tournant du marché du vinyle s’est opéré. Après la chute libre des ventes de disques au milieu des années 2000, et l’apogée de la musique en streaming avec les plateformes dématérialiséess, les mélomanes retrouvent les bacs et le chemin des boutiques.

« Les consommateurs en reviennent à un objet et quand on prend une pochette de vinyle dans les mains, c’est presque comme un tableau » analyse Eric, disquaire à La Belle Ecoute, à Thionville.

« Les jeunes qui ont écouté les mp3 et les musiques en streaming se rendent compte qu’ils ne possèdent plus rien. Et aujourd’hui, ils ont envie de posséder quelque chose » ajoute Eric. Une tendance qui regroupe toutes les générations. Dans la boutique « La Face Cachée » à Metz, il est facile de croiser des adolescents côtoyant des adultes. Tous sont à la recherche du nouveau vinyle qui les fera craquer. « On croise beaucoup de lycéens, mais aussi des jeunes de dix ou douze ans et bien-sûr, des cinquantenaires et sexagénaires qui viennent aussi régulièrement. » nous confie Florian Schall, responsable de la boutique.

Aujourd’hui, 48% du chiffre d’affaire du vinyle est porté par les moins de trente ans. Un marché qui pèse tout de même plus de 12 milliards d’euros en 2017, dans le monde.

Partager

Les commentaires sont fermés.