Jeudi 15 novembre

A31 : Le péage de la discorde

0
Depuis jeudi dernier, l’A31 bis entre Thionville et le Luxembourg est présenté comme une priorité nationale. Pourtant, la polémique de cette autoroute bis ne désenfle pas. A Florange, les habitants, sur le pied de guerre depuis l’annonce d’un éventuel tracé d’autoroute au milieu des habitations, ne décolèrent pas. Et c’est bien l’installation du péage qui pose désormais problème.

Un reportage de Timothée Girard :

 

Nadine Menzin, la présidente de l’Association PAIX (Protection des Aménagements et Infrastructures) annonce : « On continue de se battre contre le péage de l’A31, il est hors de question que les habitants mettent encore la main à la poche. On n’est pas des vaches à lait. »

LE FINANCEMENT, UNE QUESTION QUI DIVISE

A Thionville, si le maire est heureux de voir que le projet d’autoroute secondaire se concrétise, la question de savoir qui financera le projet le laisse perplexe.

« Je ferai bien-sûr entendre ma voix. Je pense que ce n’est pas aux frontaliers de supporter cet investissement. C’est plutôt à ceux qui sont en transit qu’il faut s’adresser. » Pierre Cuny , Maire de Thionville

Le maire confie ensuite que l’écotaxe est une idée à reprendre afin de financer l’A31 bis.

Autres mécontents, les habitants des villages limitrophes au Luxembourg. A Entrange par exemple, l’installation d’un péage entre Thionville et le Luxembourg serait catastrophique pour la tranquilité des entrangeois.

« La mise en péage de l’A31 peut causer beaucoup de nuisance au village. Nous pourrions passer à 10 000 voitures par jour au lieu de 2000 sur les routes principales du village, beaucoup d’automobilistes seraient tentés de quitter l’autoroute afin d’éviter de payer le péage. » Eric Dewilde, premier adjoint à la mairie

Alors à Entrange, comme à Florange, la résistance s’organise. Une pétition a été mise en ligne sur le site de la mairie.

Les frontaliers, premières victimes de l’engorgement des routes et autoroutes entre la France et le Luxembourg, n’ont pour autant pas fini de participer aux débats. Le tracé de l’itinéraire bis et l’éventualité d’un péage continue de cristalliser les oppositions au projet. La décision finale de l’Etat français devrait être rendue à la fin du mois.

Partager

Les commentaires sont fermés.